Le Cure-oreilles en hêtre
Le Cure-oreilles en hêtre
Le Cure-oreilles en hêtre
Le Cure-oreilles en hêtre

Wolt Milimanos Artisanat

Le Cure-oreilles en hêtre

Prix régulier €8,00
Prix unitaire  par 
Taxes incluses. Frais de port calculés à l'étape de paiement.

Le cure-oreille, comme son nom l’indique, est un petit objet insolite servant à … se curer les oreilles !

 

L’objet n’est pas nouveau, on le retrouve sous différentes formes de l’Europe à l’Asie, dans les tombes Vikings, sur les sites médiévaux, et jusqu’à la barrette à cheveux de Mamie, qui a brillament rempli cette noble fonction jusqu’à l’arrivée massive du coton-tige après la seconde guerre mondiale.

Ironie de l’histoire, c’est cette concurrence avec le coton-tige qui fait aujourd’hui sa pertinence et son actualité . En effet, à l’inverse de ce dernier, le cure-oreille que je fabrique :

- n’enfonce pas le cerumen dans le conduit auditif (et évite donc la formation de bouchons)

- est construit pour durer, nettoyable et réutilisable à volonté

- permet de lutter contre l’accumulation ingérable des déchets plastiques

- permet d’éviter les allergies et démangeaisons dues aux agents blanchissants des boulettes de coton.

- est conçu, produit et commercialisé artisanalement, à la main, en France, avec des bois locaux et dans une démarche « zéro déchet » exigente.

 

Quelques précisions sur les matériaux :

- Le bois vient d’un rayon de 50km autour de mon atelier, au pied des Pyrénées. Le Chêne et le Hêtre sont des essences abondantes dans nos forêts, adaptées au contact avec l’eau, et utilisées traditionnellement pour faire des manches d’outils.

- J’utilise du fil de Maillechort. C’est un alliage à base de cuivre, qui ne contient pas de fer et donc ne rouille pas.

- Les manches sont finis avec de l’huile de Tung pure. C’est une huile naturelle qui sèche vite, est inodore, protège bien le bois, et ne jaunit pas avec le temps.

 

Une petite curiosité technique

 

A l’état naturel, le Hêtre et le Chêne ont des teintes relativement semblables. Afin d’obtenir un contraste fort, et de pouvoir reconnaître immédiatement « lequel est à qui » dans la salle de bain, je noircis les manches en Chêne.

Pour ce faire, j’utilise une vieille technique « d’ébonisation », inventée par les ébénistes du XVII° siècle pour transformer en « ébène » des bois locaux, en tirant profit des tanins qu’ils contiennent naturellement.

 

Vous n’en saurez pas plus, bien entendu - tout ceci est absolument top-secret ! Haha.